IMG_9411 Ce qui a dévoré nos coeurs, Louise ERDRICH, Albin Michel 2007

Chargée de dresser l'inventaire après décès de Jewett Tatro, ancien agent du Bureau des Affaires indiennes, Faye Travers, elle-même métisse, fait la découverte d'une impressionnante collection d'objets indiens. Parmi ces trésors, un tambour rituel retient son attention, il semble résonner d'un son que l'héritière de Tatro n'a pas l'air de percevoir. Intimement persuadée qu'elle ne peut pas laisser le tambour être vendu avec le reste des pièces de valeur de cette demeure, pour finir dans un musée, Faye le cache et le garde chez elle. Voulant restituer le tambour à son peuple, et cherchant à en comprendre l'histoire, elle prend contact avec les Anciens de la Réserve...

On ne mesure pas dès le premier chapitre l'intensité de ce qui va suivre. Bien sûr Louise Erdrich n'a pas son pareil pour camper le personnage de Faye, sa vie sentimentale déclinante, son rapport à la nature (mémorable scène de cueillette de mûres et de confection de confitures... oui, bon ! on ne se refait pas !) mais en réalité dans ses romans, il n'y a pas de figurants ; tous les personnages ont une vie propre, intense, inséparable de leur passé et de l'histoire de leur tribu, une vie souvent empreinte de tragédie, mais qui recèle tant de force, de solidarité, de folie aussi, qu'on termine cette lecture les sens en éveil, déterminés à faire face... Après l'étonnante et trépidante Chorale des maîtres bouchers, mais aussi mon échec à entrer dans Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse, voici qui donne envie de la suivre encore, longtemps...