Alors qu'Adèle fait ses premiers pas, trois par ci et quatre par là, mon petit grand frère -17 ans de moins mais 10 cm de plus- parle de l'après-Bac... Il est question de prépas de vétérinaire, il est question de musicologie, il est question de Sorbonne. Et de l'imaginer à son tour sur les bancs de la vieille Dame, ça me fait tout drôle !

Je lui souhaite un aussi délicieux souvenir que le mien, notamment le premier !

Un amphi immense bien sûr, pour accueillir tous les candidats à la Licence d'Histoire, mais finalement pas aussi gigantesque que les salles des concours de la Fonction Publique, ensuite... Une première réunion de septembre... Une liste des U.V.... Tout ce choix, toutes ces combinaisons, tous ces possibles, c'était soudain comme une gourmandise qu'on nous offrait. D'abord les numéros des U.V., et puis un intitulé un peu énigmatique et bien souvent alléchant, un bref descriptif, et la tranche horaire... Très peu de contraintes, juste l'obligation de choisir une U.V. de méthodologie, et une U.V. dans trois périodes différentes : Antiquité, Moyen-Age, Histoire moderne, ou encore contemporaine...Et le sentiment saugrenu d'être au restaurant chinois ! Dans la première colonne, c'est le code du plat pour le serveur -ou pour le gourmet si son accent est vraiment douteux- ensuite le nom du plat -qui chante, forcément- la liste sommaire des ingrédients -pour éviter les mauvaises surprises, ou les allergies- et le prix à payer !

Cette année-là, pas de doute, je me suis régalée...