Ce soir, Tamouna va fêter ses 90 ans. Il y aura beaucoup de monde dans son petit appartement. Ce sera la fête.

Et il a promis qu'il serait là. Tamaz, le prince de ses 16 ans, son amour impossible, toujours là et toujours loin. Tamaz, qu'elle a laissé sur les rives de Batoumi lorsque ses parents et elle ont fui la Géorgie il y a plus de 70 ans.

Alors que les préparatifs s'intensifient, les souvenirs refont surface. L'enfance à Tbilissi, les vacances au bord de la Mer Noire, la famille, cet incroyable amour, le destin de la Géorgie, le quotidien des immigrés parisiens, les nouvelles générations... Dans un savant va-et-vient entre passé et présent, le portrait d'une vieille dame toujours éprise et coquette se tisse, avec émotion et drôlerie, enthousiasme. Les relations familiales et communautaires, parfois envahissantes, du fait du manque d'intimité, de la ténuité des secrets, de la douleur des séparations sont une source indéfectible de force et de soutien. Une science certaine de la chaleur humaine, le goût de la fête, le devoir d'être heureux dans l'exil sont magnifiquement exprimés. C'est le deuxième roman pour adultes de cette auteur qui a beaucoup publié en jeunesse auparavant. C'est beau, ça se lit tut seul, et c'est intéressant avec ça ! 

Kéthévane Davrichewy, La Mer Noire, Ed. Sabine Wespieser, 2010