2010_Bali6

Se réveiller d'une nuit ponctuée par le chant des geckos. Être envahis au petit déjeuner par une colonie impressionnante de fourmis qui logeaient sous le matelas des filles. Continuer notre exploration des rues alentours. Aller saluer les singes de la Monkey Forest, des enfants gâtés qui chipent les bananes et considèrent les petits autels perchés comme des fast-food. Ils en profitent, ils sont sacrés ! Admirer la profusion de sarongs en vente dans les échoppes. Faire un tour sur le marché. Avoir la tête qui tourne de tous ces souvenirs. Se restaurer dans un warung sobre et plein de charme, face à un champ de riz, pendant qu'une pluie brève intensifie les couleurs alentour (Rai Pasti, Monkey Forest Rd). Aujourd'hui c'est nasi campur, une assiette avec du riz blanc agrémenté de chips de crevettes, d'épinards au soja, de curry de poulet, et de tempeh, cette préparation à base de soja fermenté, réputée la seule à n'être originaire ni du Japon, ni de Chine. Enquêter pour s'inscrire à un cours de cuisine indonésienne. Les plus recommandés ont déjà été pris d'assaut. S'aventurer loin dans la rue Kajeng, où les enclos traditionnels sont légions. Apprécier la balade, loin du tumulte touristique, parmi les bougainvillées. Déboucher sur des rizières. Faire le plein de verdure. Des petits garçons se poursuivent sur le sentier. Rebrousser chemin malgré l'envie d'aller plus avant. Trouver finalement une place pour le cours de cuisine. Goûter au bord d'un étang de lotus. Se faire refouler à l'entrée d'un temple. Nous n'avons pas la tenue complète. Assister à une procession religieuse, festival de couleurs et de sons. Terminer la journée au bord de la piscine de l'hôtel d'en face.