la môme poison

21 mai 2014

La belle surprise

IMG_8661Les fruits d'été arrivent dans notre panier bio cette semaine !!

Posté par lamomepoison à 20:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]


03 mai 2014

Dans le Mâconnais#6

Berz_

Retourner du côté du Val lamartinien où la concentration en vieilles pierres est décidément alléchante. S'amuser de le voir ralentir devant chaque maison à vendre. Aborder les pentes de Berzé-la-Ville avec une gourmandise intacte de ces paysages vallonnés. Visiter la Chapelle aux Moines, à Berzé-la-Ville, qui appartenait à l'abbé de Cluny, et qui aurait été décorée au XIIe par les mêmes fresquistes que pour l'abbaye-mère. Donner pour mission aux filles de choisir un personnage parmi les saints, et de le dessiner sur leur carnet. Gagner avce cette ruse une paix royale et le temps suffisant pour observer les décors. Etre agréablement surprise de leur croquis, soigné et fidèle. Abandonner l'idée de déjeuner dans ce restaurant charmant repéré dans notre guide : il est fermé pour le pont ! En trouver un autre, pas si mal, un peu plus loin où nous régaler d'un tartare de Charolais. Etre d'attaque pour une visite de la forteresse médiévale de Berzé-le-Châtel. Laisser la guide nous demander d'un air rogue si les enfants vont tenir le coup, car "la visite guidée dure une heure, et un château, ce n'est pas un parc d'attraction !". Lui pardonner (un tout petit peu) car son discours tient la route, mais pas complètement car tout est vu au pas de charge... Les jardins, pourtant, sont splendides, et les vastes gloriettes sous les glycines appellent à la contemplation ! Reprendre le chemin du gîte avec le projet de rentrer tôt pour préparer le retour... C'est sans compter sur les nombreuses églises romanes qui nous font de l'oeil à chaque intersection ! En visiter une, (trop refaite), puis une autre (fermée), avant de tomber sous le charme d'une troisième, très chouette, à Uchizy. La tour carrée, avec ses baies géminées, ses élégantes colonnettes et ses bandes lombardes est déjà un cadeau d'adieu plus qu'honorable. Mais l'intérieur n'est pas en reste. Admirer les peintures du XIXe, les enduits à la chaux d'une restauration récente, le petit mobilier. Tout est fait avec amour ici. Discuter avec le petit monsieur qui ouvre l'église. Apprendre que dans certaines paroisses, on sonne le jour de la sépulture, autant de coups que le défunt a vécu d'années. Finir la journée en grignotant des noix et des abricots secs en bord de Saône. Le laisser aller seul faire provision de quelques bouteilles chez un vigneron dont nous avons déjà goûté un Viré-Clessé ces jours-ci... Paraît qu'il reste de la place dans le coffre !!

Posté par lamomepoison à 19:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Dans le Mâconnais#5

Chapaize

Préparer les casse-crôutes avant de mettre le cap sur Chapaize, petit village réputé pour son église romane, une fois n'est pas coutume. Choisir de l'ignorer dans un premier temps pour faire cette balade dite panoramique que conseille le petit guide Les sentiers d'Emilie en Saône-et-Loire. Hésiter entre veste de pluie et chapeau de soleil, emporter les deux. Profiter d'un sentier rural bordé par deux prairies d'herbes folles et de fleurs sauvages. S'arrêter de loin en loin sous les noyers pour caresser les ânes, nourrir les chevaux, faire la causette aux vaches. Déjeuner. Retourner tranquillement sur Chapaize par les chemins de traverse. Tomber sur une station de phytoépuration, puis sur une deuxième... Décidément ici on a la fibre écologique. D'ailleurs dans le moindre village on trouve des affiches pour des journées de troc de graines, des rassemblements "bouffons local", des autocollants "pas de pesticides". Etre marqué par le décalage avec chez nous. Atteindre notre village de départ et se faire chouchouter dans le petit troquet bio de la place. L'accueil est chaleureux, le lieu simple et soigné, et la glace café Rachelli un régal. Goûter aux asperges sauvages que le chef est allé cueillir ces jours-ci, des boutons floraux d'ornithogalles. C'est fin, c'est croquant, ça donne envie d'aller courir les prés un panier au bras. Regretter d'avoir déjà mangé, car il y a au menu des galettes au pesto d'ail des ours, et des crêpes au gingembre confit et miel... Découvrir l'église, un roman massif, balbutiant et touchant, et les belles maisons à galerie extérieure du village. S'éloigner du bourg pour explorer une autre église, moins intéressante, puis traverser Cormatin dans l'espoir d'apercevoir le majestueux château et par là-même, convaincre les enfants de le visiter... Mais Simon s'est endormi sur son siège, et les filles ne sont vraiment plus décidées... Ne pas insister. Rentrer par les routes les plus petites possibles, celles qui sont ourlées de vert sur la carte et qui offrent à la moindre occasion des vues époustouflantes sur les environs. 

 

Petit bar de restauration rapide La coquelé à Chapaize (71)

Posté par lamomepoison à 19:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Dans le Mâconnais#4

Pierreclos

Partir de l'autre côté de la Saône, côté Bresse, car c'est jour de marché. Faire le plein de petits fromages de chèvres, de fruits et de légumes, et d'un peu de charcuterie pour les sandwichs. Louer ces pays de polyculture où l'on trouve tout ce qui est bon, en variété, brebis-chèvre-vache, vin, viande et légumes ! Ne pas se laisser tenter par les poulets malgré l'envie. Repartir à l'assaut des monts du Mâconnais et faire halte dans le village où Lamartine a passé sa jeunesse. Ne se souvenir d'aucun poème, d'aucun récit du grand homme. Ne pas en avoir l'appétit coupé pour autant, mais manger debout en sautillant à cause du froid. Se distraire en observant les rondes de deux mésanges qui se relaient sans faiblir pour nourrir leur vorace nichée cachée dans le creux d'un tilleul. Arriver devant le majestueux château de Pierreclos. Etre ravis de la qualité des panneaux explicatifs (sur le lit au Moyen Age !) et la justesse des activités et des devinettes adressées aux enfants. Passer plus de deux heures dans les lieux, dans un château pourtant assez commun. Filer à Mâcon en quête d'un chocolat chaud. Promettre aux enfants qu'on ne visitera pas de musée, juré-craché ! Flâner dans les rues, lécher les vitrines, et rentrer bien vite au chaud. Qui a dit que c'était le Sud, par ici ??

Posté par lamomepoison à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dans le Mâconnais#3

Tournus

Profiter de ce que c'est mardi pour partir en quête d'un peu d'animation et de vie "à la ville" de Tournus. S'apercevoir qu'en réalité l'Hôtel-Dieu est fermé ce jour-là précisément, et que le Musée du Vélo ne rouvrira pas avant mai ! Quant au centre-ville, sa splendeur passée s'est un peu... estompée. Etre pourtant séduits, charmés même, par l'abbatiale Saint-Philibert. Les proportions de ce chef-d'oeuvre roman, le délicat rosé de ses murs, sa sobre pureté, le mystère de la crypte. Suivre avec les filles les explications de l'audioguide pour enfants, car Adèle râle contre le sien qui ne fonctionne pas comme elle voudrait. L'écouter avec indulgence pester contre toutes ces choses "tellement vieilles", les vieilles pierres, les vieilles sculptures, les vieilles mosaïques. Accepter qu'elle puisse n'aimer que ce qui est "moderne" comme elle dit, et tout y passe avec insistance, du distributeur à savon au pavillon de banlieue. Ne rien dire quand elle craque, dans une petite boutique près de l'abbatiale, pour des rééditions de jouets anciens, et qu'elle s'offre avec ses 4€98 un petit carnet décoré de factures anciennes ! Boire un diabolo menthe sur les quais de Saône et décider assez vite de retourner du côté du gîte. Se donner le prétexte d'une baguette fraîche pour longer les 4km de canal jusqu'au village d'en face. Simon dort dans la poussette mais quand on lui susurre qu'un petit bateau arrive, le voilà qui se dresse sur son séant les yeux grand ouverts. Profiter du petit port pour observer tous ces marins d'eau douce. Rentrer par le même chemin en comptant les hérons cendrés et les pêcheurs. Apprendre en discutant que la pêche à l'anguille est interdite, que c'est bien dommage car c'était bien plus efficace pour attirer carpes et silures, des bestiaux pouvant aller de 15 à 50 kilos boudiou, que désormais on pêche à la bouillette, une boule constituée de farines de poissons, de parfums divers, d'oeufs parfois... Constater que le matériel des pêcheurs est conséquent et probablement très coûteux. Se souvenir du goût de vase du seul silure jamais goûté, et se réjouir de manger des haricots à l'auvergnate ce soir !!

Posté par lamomepoison à 18:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Dans le Mâconnais#2

Solutr_

Profiter de ce que la météo semble clémente ce matin pour mettre le cap sur la Roche de Solutré. Chausser nos chaussures de rando pour en faire le tour avec les enfants. Emprunter une portion d'ancienne voie romaine, un petit chemin entre les vignes, un sentier en sous-bois, et peiner à distraire Simon qui n'est pas décidé à marcher ce matin. Avancer lentement, en se consolant de tout ce temps où nous pouvons admirer les crêtes calcaires de Solutré et de Vergisson, sa cousine juste en face. Les requinquer d'une galette Saint-Michel et d'un peu d'eau, et hop ! les voilà qui repartent. Observer la moindre plante, le moindre oiseau, le plus petit insecte pour lui donner des motifs d'avancer encore. Arriver finalement jusqu'au sommet, et l'entendre dans les 25 derniers mètres trouver la balade "chouette" et la vue "excellente" ! Piquer-niquer tout là-haut sans voir de neige au loin mais en observant les trombes d'eau qui en assomment d'autres, dans le lointain. Soupirer d'aise, égoïstement. Ouf ! on pourra donc manger au sec ! Redescendre tranquillement avec en toile de fond sonore les enjambeurs qui traitent, qui traitent la vigne. Il y a aussi ça et là, des vignerons courbés sur leurs ceps. Se dire que c'est tout de même un sacré métier. Apprendre, au seuil du Musée de la Préhistoire qu'il est fermé pour 6 mois, et pour refonte muséographique. Se consoler avec la synthétique mais très efficace exposition permanente de la Maison du Grand Site, qui explique formation et évolution des éperons rocheux. Croiser sur le parking une amie d'Adèle, le monde est tout petit... Le déposer dans une cave pour qu'il déguste Saint-Véran et Pouilly-Fuissé pendant que je fouine du côté de l'église. Faire quelques courses avant de rentrer, en s'extasiant devant le rayon crèmerie, où faisselles et fromages frais sont à l'honneur. Louer la Bresse, toute proche, juste de l'autre côté de la Saône, à l'origine de ces gourmandises.

Posté par lamomepoison à 18:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dans le Mâconnais#1

Cluny

Commencer notre séjour en Bourgogne du Sud par Cluny, comme un retour aux sources, puisque c'est en visitant cette ville il y a quelques années (une dizaine, déjà !!) que les monts du Mâconnais nous avaient séduits. Arriver par les hauteurs, comme auraient pu le faire les pélerins du Moyen-Age, et essayer d'imaginer le choc d'alors. Arpenter la ville d'un pas allègre, et savourer l'ancienneté des façades, XIIe, XIIIe, leurs petites baies géminées, un trésor assez rare. Tendre l'oreille aux langues très différentes qui emplissent rues et terrasses... emplir est peut-être un poil exagéré, c'est dimanche, fin avril, nous ne sommes pas gênés par la foule. Découvrir l'abbaye, du moins ce qu'il en reste, c'est bien peu, l'église abbatiale a été vendue comme bien national à la Révolution et démantelée dans la première moitié du XIXe. Apprécier d'autant plus la restitution 3D, sensible, donnant à voir l'architecture, mais aussi ces lumières, sa perception probable à l'époque. Se contenter de vestiges lapidaires, et de quelques "images de réalité augmentée" qui émaillent le site. Déjà les enfants crient famine ! S'éloigner de la ville, et s'installer le long de la Voie verte pour savourer nos casse-croûtes. Apprécier que les voies ferrées désaffectées retrouvent vie ainsi, et que les petites gares accueillent des salles hors-sac et des sanitaires. En profiter pour faire faire un peu de rollers aux filles. Craquer pour quelques bricoles sur un vide-grenier du secteur, puis sillonner les petites routes en se délectant des vues que leurs virages dévoilent. Visiter une petite église romane au hasard d'un village. Se dépêcher avant que la pluie ne nous rince pour grimper au Mont-Saint-Romain. Jouir d'une vue époustouflante à 360°, avec malgré les nuages lourds, et d'un peu de neiges alpines.

Posté par lamomepoison à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2014

Sans viande, petit bilan

* le souvenir que je garde de ces jours sans, c'est que je me suis régalée. J'aime (toujours !) la bonne viande, mais elle ne m'a jamais manqué durant l'expérience. Car nos assiettes étaient toujours appétissantes, la plupart du temps savoureuses. Et ça, pour moi, c'est important !!

* changer cette habitude-là, de viande tous les jours, voire à tous les repas, ne réclame pas de bouleversement radical, comme le serait à mon sens un passage à du tout vegan (100% vétégal, ni lait ni oeuf, etc...), mais juste une curiosité envers d'autres ingrédients. Paradoxalement, j'ai eu l'impression de manger bien plus varié que d'habitude. Et pour m'aider je me suis appuyée sur deux livres en particulier : Veggie : je sais cuisiner végétarien de Cléa, éditions la plage, tout autant que son blog et Cuisine végéarienne, l'atelier pas à pas, editions Parragon

et surtout je fouine régulièrement dans de nombreux excellents blogs culinaires

100% végétal de Marie Laforêt (végétalien)

Naturally Ella (végétarien)

Piment oiseau (ni végétarien ni végétalien, mais très inspiré par l'Asie)

Rose citron (végétarien tendance végétalien)

Artichaut et cerise noire ("flexitarien à tendance écogastronome" !)

She simmers (cuisine thaï)

* j'avais un peu peur de passer encore plus de temps à cuisiner, alors que j'en passe déjà beaucoup... mais non. Les légumes crus notamment sont vraiment faciles et rapides de préparation et la vaisselle carrément réduite !

* je me suis surtout sentie peu armée en matière de nutrition. Depuis tout-petits, on nous rabâche l'importance des produits laitiers, des protéines animales (toujours au programme des CM1 !), et jamais il n'est question d'alternatives... donc c'est là qu'il faudrait que je creuse. Surtout devant la réticence des enfants à manger lentilles, pois chiches, haricots secs et cie...

* je me heurte maintenant à un autre constat : les hommes aiment la viande ;-)

Bon appétit !!

 

Posté par lamomepoison à 14:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Elle en rêvait...

IMG_8301

Posté par lamomepoison à 14:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 avril 2014

Come prima

IMG_8273Giovanni et Fabio ne se sont pas revus depuis près de 10 ans. Ce soir, giovanni a retrouvé son frère, et il le cueille à la sortie du match de boxe que celui-ci vient de perdre. Dans un sac plastique, une urne. Elle contient les cendres de leur père, que Giovanni veut ramener en Italie, à bord de la vieille Fiat 500 familiale. Et avec son frère. Mais Fabio n'a nullement l'intention de retourner affronter le regard de ceux qu'il a laissé derrière. Mais ses dettes le rattrapent...

IMG_8274

Le voyage vers l'Italie a donc lieu, et l'habitacle exigu de la Fiat est le théâtre de règlements de compte entre les deux frères,de castagne parfois, d'aveux et de confessions qui ne trouveront leur terme qu'arrivés à destination, les yeux dans la Méditerranée. Ce one-shot est un "road movie" très réussi, émouvant souvent. Les rêves et les douleurs de l'enfance refont surface, l'orgueil des uns, la fascination des autres, les sentiments qu'on ne sait pas exprimer, les malentendus. Et les pages sombres de l'histoire italienne.C'est bien vu, et servi par une belle palette de tons terreux, le choix d'un graphisme différent, plus pictural, pour l'évocation des souvenirs, et des cadrages époustouflants.

Fauve d'or du meilleur album à Angoulême.

Come prima, Alfred, Delcourt 2013

 

 

Posté par lamomepoison à 20:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »